top of page

Gaspard

D'après le texte de Peter Handke

 

Lecture

Mise en voix : Thomas Rousselot

Avec : Martin Kamoun, Yann Métivier, Valérie Paüs, Hélori Philippot, Stéphane Piveteau, Antoine Orhon, Claire Rommelaere

 

Soutien : Théâtre Universitaire de Nantes

   En mai 1828 apparaît à Nuremberg un jeune homme titubant, l’air hagard, vêtu en paysan, et porteur d’une lettre adressée au capitaine de la cavalerie indiquant qu’il a été confié à des paysans dés sa naissance. Il répète inlassablement une phrase : « J’aimerais devenir un soldat comme le fut mon père. » Il sait en tout et pour tout écrire son nom : Kaspar Hauser., et semble pris constamment de violents maux de tête et de convulsions dues à d’étranges phobies et à une hyperacuité sensitive. Il a peur de tout et pleure pour un rien. Le professeur Daumer, intéressé par son cas, le prend chez lui et se charge de son éducation : Au bout d’une année, il apprend à lire, écrire, calculer, distinguer l’animé du non-animé, et intègre très progressivement les structures dominantes du langage, l’ordre symbolique et les usages de la société.

   Considéré à tort comme un enfant sauvage, le Cas Hauser, a suscité la curiosité de l’Europe entière, déchaînant les passions et fantasmes de l’opinion de cette époque, quant à ses origines ; et a constitué une source d’inspiration féconde pour de nombreux auteurs, cinéastes, poètes : de Handke à Herzog en passant par Verlaine.

   Peter Handke puise dans ce fait divers pour nous questionner sur l’acquisition de la norme sociale et notre rapport au langage comme outil de communication

bottom of page